top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGenny K

Entre vitamines synthétiques et foin de basse qualité


Photo 1

Photo 2

Photo 3

Comme vous le savez, Julian et moi essayons d'aller le plus possible dans le détail pour vous accompagner au mieux avec vos animaux.


Souvent, très souvent...ils se plaignent de l'alimentation. Ils ont régulièrement des troubles digestifs et articulaires qui proviennent de troubles alimentaires. Leurs sont données ces molécules chimiques qui tentent d'imiter ce qu'est une vitamine. Mais une vitamine de synthèse n'aura jamais la fonctionnalité d'une vitamine naturelle, d'autant qu'elle est fixée sur une base que les reins ont du mal à évacuer. J'apporte cette précision pour faire suite à notre repas de midi à la table d'un chimiste.


Et comme je ne saurais vous répéter ce qu'ils nous a expliqué avec des termes si justes, je préfère vous citer les propos de la base de données additifs-alimentaires.net qui font écho à ce que nous avons découvert aujourd'hui :


"Lévogyre ou dextrogyre ? Une question de "bon sens"


Une vitamine, un minéral, des acides aminés ne poussent pas tout seuls, de façon isolée dans la nature. Soit ils sont extraits d'une plante, d'un sous-produit animal, d'un micro-organisme ou de la terre (règne végétal, animal ou minéral), soit ils sont produits artificiellement. Dans ce dernier cas, ces nutriments sont dénués de la dynamique du vivant. En général, les scientifiques réagissent à cela en répondant : "mais voyons, vitamines naturelles et vitamines de synthèse, il n'y a pas de différence, ce sont les mêmes molécules". Et ce qui est irritant, c'est qu'à cela, par ignorance, on oublie trop souvent de répondre : Molécules naturelles ou de synthèse, si elles ont presque la même forme, elles s'orientent en revanche en sens inverse par rapport à la lumière: soit elles sont lévogyres ou soit elles sont dextrogyres.

La vitamine C naturelle extraite de fruits (dans la cerise acérola par exemple) est lévogyre. Cela signifie qu'elle dévie la lumière polarisée qui est projetée sur elle vers la gauche et s'oriente différemment dans l'organisme lors de son processus d'assimilation. La vitamine C sous forme d'acide ascorbique de synthèse fait en revanche tourner cette lumière polarisée vers la droite. Elle est dextrogyre. Dans le corps humain et devant les récepteurs cellulaires, elle se comporte de façon inverse à l'authentique vitamine C naturelle lévogyre. Ainsi leur qualité et capacité d'utilisation par les cellules ne sont pas les mêmes. Les études montrent que les vitamines de synthèse ne sont pas assimilables de la même façon que les vitamines naturelles car elles n'en sont que de pâles et imparfaites copies, notamment en ce qui concerne leur orientation et sens de rotation. Pour simplifier, on pourrait dire que les molécules de synthèse ne tournent pas dans le bon sens devant les récepteurs cellulaires."


Au delà de cette question de CMV, nous allons maintenant encore plus loin dans le détail de l'équilibre alimentaire avec l'analyse du foin. Et quelle n'est pas notre surprise ! Entre l'ivraie hyper-glycémique parfois donnée à volonté, et à l'inverse, les foins sans plus aucun nutriment (photo 2), voir les foins dangereux (photo 1), on voit des situations sans précédent.


Nous préférons un foin rationné de qualité (photo 3) que du foin à volonté tout venant, qui s'apparente comme ici sur photo 1 et 2...à du fagot.


La décoloration du foin est le signe d’un appauvrissement sous l’effet des moisissures, des intempéries ou d’une fenaison incorrecte. La valeur d’un foin est également fonction des mauvaises herbes ou des corps étrangers qui peuvent être présents. Un foin peut être inconsommable et même toxique quand il est mêlé à de trop nombreuses " mauvaises herbes " ou à des branchages qui génèrent aussi des bouchons tout comme le ferait la paille (photo 1). D'ailleurs si votre foin ressemble à de la paille, c'est qu'il ne s'agit pas vraiment de foin.

Pour qu'on puisse vous conseiller au mieux, n'hésitez pas à nous envoyer des photos de votre foin dans le cadre des séances. On peut vous aider à adapter les doses de luzerne etc. en fonction de l'herbe sur laquelle se trouvent vos chevaux et du foin dont ils disposent.

Et de votre côté, soyez hyper regardants sur ce qui est donné à vos chevaux, quitte à paraître pénible. La jument qui est concernée ici par ce foin (photos 1 et 2) est en sous poids, avec risque de rupture ligamentaire depuis mars.


Pour ceux qui s'intéressent aussi au lien entre alimentation et santé chez les humains, je vous recommande de regarder sur Youtube le documentaire (en anglais) "What the Health". C'est très éloquent et aborde aussi ce qui touche aux médicaments et compléments alimentaires dans l'équilibre global d'un organisme.


Bonne nuit à tous!


Les prises de rdv se font sur www.julian-genny.com


186 vues0 commentaire

Comments


bottom of page