top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGenny K

Phénomènes paranormaux dans nos prés


C’est encore une histoire surnaturelle qui nous arrive aujourd’hui, avec une jument paniquée qui saute sa clôture de pré, comme un poney quelques jours plus tôt dans les mêmes écuries. De quoi s’interroger…

Je discute avec sa référente qui m’explique avoir passé plusieurs jours à distance et avoir placé ses chevaux en garde avec quelqu’un de confiance. Sa référente était donc à 3h de route, en week-end, avec la caméra de surveillance connectée la nuit pour compléter la surveillance de jour de son amie.

4h du matin, sa référente, très intuitive, lève les yeux et regarde sa caméra. Jument sortie, visiblement très agitée. La personne sur place se rend sur les lieux, et voit dans le paddock un feu follet… Je sais, cela paraît fou, mais à la caméra, ça apparait bien comme une lumière qui se déplace au raz du sol. Et la jeune femme sur place a bien décrit un feu follet, à savoir une espère de nuage lumineux qui ressemble à des flammes blanches et bleutées, en combustion dans les airs, pas à plus d’1m du sol.

Je me connecte à cette situation et comprends de suite que des âmes esseulées et perdues, pas forcément malveillantes, mais perdues, trouvent le moyen de se manifester de cette façon. Ces âmes qui ne parviennent pas à passer dans la lumière ont besoin d’attention. Elles la trouvent de cette façon. Pour se manifester, en général, elles ont besoin d’humidité, de froid et d’ombre. Un pré à cette époque de l’année est idéal. On comprend que la jument ait été perturbée…le poney aussi.


Je trouve toutefois le phénomène surprenant, car les âmes se manifestent rarement ainsi, à part dans les cimetières, à ma connaissance. Je manifeste donc mon incompréhension auprès de sa référente : pourquoi à cet endroit, et pourquoi de cette façon?

C’est alors que cette dernière m’explique avoir récupéré des chrysanthèmes invendus de sa voisine, lesquelles sont des fleurs que l’on place traditionnellement à la fête des morts le 2 novembre, sur les tombes des êtres disparus. Les trouvant simplement jolies, et souhaitant orner son paysage, elle les a plantées en bordure de paddocks, faisant fi de leur symbolique qu’elle connaissait, mais à laquelle est n’accordait pas plus d’importance que cela…

Parfois, il nous est arrivés de nous demander avec Julian si on faisait bien d’insister autant sur l’énergie des lieux, les symboles et ce qu’ils appellent et invoquent chez vous. On sent parfois qu’on vous en demande beaucoup quand on vous dit que tel ou tel objet amène des désordres. Et cela vaut, je le répète, pour les urnes et les cendres en tout premier lieu, qui bloquent d’ailleurs l’ascension des êtres décédés. Mais quand on voit qu’une simple fleur, associée depuis des générations à la mort, le deuil, le cimetière, peut créer des portails de manifestations d’âmes errantes…alors je me dis qu’on fait bien de tout vous dire, sans faux semblant.

Je pense à tous ces animaux qui regardent le plafond, font des écarts pour des choses que nous, humains, ne voyons pas. Ici la manifestation était éloquente. Mais combien parlent en séance de présences invisibles pour nous … Ce sont souvent des ombres qu’ils voient, et dont ils ressentent la négativité. Et dire que, sous leurs yeux, on fête halloween et qu’on appelle ces choses chez nous…sans nous en rendre compte !

La référente de cette jument, qui a ses propres écuries, a pris rdv avec Julian pour travailler sur l’énergie du lieu et aider au passage de ces âmes en divagation. Julian ne fait plus les soins humains mais il accepte les rdv pour les lieux de vie.

Un jour, je vous filmerai notre maison. Tout est blanc, meublé, sans objets. On a tout perdu quand notre container est resté à la frontière. Et depuis, on ne parvient pas à racheter d’objets de décoration. Comme si au final, on se portait bien mieux ainsi. A lire cette histoire, je me dis qu’on ne croit pas si bien faire… 

Bonne journée à tous

135 vues0 commentaire

コメント


bottom of page