top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGenny K

Etre assez

Être heureux dans la vie, aujourd'hui, ça parait facile, en théorie, sur le papier...on sait ce qu'on veut. :) On connaît plutôt bien nos besoins. On fait des projets en ce sens. Ça oui, qu'est ce qu'on projette...


On a l'impression que le bonheur se construit, au quotidien, jour après jour, par des décisions, par des actions, par des concrétisations: changer son environnement, changer les personnes qui nous entourent, ou changer notre façon de voir le monde qui nous entoure.


En soit, ce n'est pas tout à fait faux...mais ce n'est pas l'essentiel non plus.

Le plus difficile, la véritable souffrance, n'est pas dans le présent...mais dans le passé. Dans ce passé qu'on n'a pas pu laisser aller, celui qui s'est gravé dans nos mémoires, et sur lequel, inconsciemment, on se construits.

Le plus difficile c'est d'oublier ce parent pour qui on n'était pas assez... Ces camarades de classe pour qui on n'était pas assez... Cet ex-conjoint pour qui on n'était pas assez... et ce prof humiliant pour qui on n'était pas assez...c'est oublier un milieu, un corps de métier, parfois, un milieu sportif ou artistique complet, pour lequel on n'était pas assez... Et pour se défaire de ces mémoires, une seule chose à faire, une seule voie : arrêter de penser qu'on n'était pas assez, simplement parce qu'on n'a pas répondu aux attentes de quelqu'un. Parce que l'erreur ici, et c'est la seule chose qu'on devrait se reprocher, c'est d'avoir essayé de répondre à des attentes qui n'étaient pas les nôtres. C'est d'avoir donné priorité à ce qui ne vient pas de notre pensée, de notre cœur, de nos décisions. C'est d'avoir essayé de se conformer à des communautés qui n'étaient, elles, pas assez, ou peut-être trop, ou tout simplement pas pour nous....

Être heureux ça ne passe donc pas par accepter les échecs, les abandons, les trahisons. Ça passe par comprendre qu'on n'a pas eu d'échec. C'est comprendre que la vie nous a empêché de réussir dans des milieux qui n'étaient pas fait pour nous épanouir, de sorte à nous pousser vers ce/ceux qui vont nous permettre de nous accomplir.

La vie ne punit pas, elle nous oriente. C'est nous qui nous punissons nous-mêmes, lorsqu'on s'oblige en tant que poisson à continuer d'essayer de voler, en tant qu'aigle royal à continuer d'essayer de nager ou en tant qu'être humain à continuer d'oublier de prier. Prier pour être à la juste place au juste moment. Ou prier pour que les choses changent lorsqu'on est de toute évidence loin de nous-mêmes.


88 vues1 commentaire

תגובה אחת


חבר/ה לא ידוע/ה
20 באוק׳ 2021

Merci pour ce texte criant de vérité et tellement émouvant quand on se sent concerné. Il serait bon de le distribuer au plus grand nombre, il devrait être dans les mains de tant de jeunes ou même d'adultes...

לייק
bottom of page