top of page

DOSSIER SPECIAL: Oui à la luzerne pour nos chevaux!

1-alfa-cubes-luzerne-bouchons-aliment-chevaux-cgpackaging_edited.jpg

Pourquoi la luzerne?

La luzerne est une matière première très communément utilisée dans le monde pour l’alimentation des chevaux. Aux Etats-Unis, il est fréquent que le foin de luzerne représente le fourrage de base de la ration.

Pourtant en France, certaines craintes « historiques » demeurent. Les réticences majeures sont basées sur la peur qu’ont les propriétaires équins des protéines, car une hypothèse avait été émise dans les années 1970 sur l’impact possible des excès protéiques sur les coliques. Depuis cette époque, les connaissances scientifiques ont évolué et il est désormais établi que l’amidon et les sucres solubles sont des facteurs de risque chez le cheval, alors que les excès protéiques n’ont jamais été incriminés. Au contraire, la luzerne est aujourd’hui présentée comme un facteur de protection !

Etat des lieux des connaissances actuelles sur la luzerne pour les chevaux

LUTTER CONTRE LES ULCERES

Les travaux de recherche depuis 2018 par le centre de recherche Lab To Field ont démontré que la luzerne non seulement prévient, mais aussi guérit les ulcères gastriques des chevaux en exercice.

Les recherches ont été conduites sur des chevaux de course dont plus de 80% souffrent d’ulcères lorsqu’ils sont en période d’entrainement ou de course. En effet, leur apport élevé en céréales génère un risque important pour le développement des ulcères gastriques.

 

Quatre-vingts chevaux ont été suivis dans cet essai pendant 6 semaines : la moitié a conservé le même régime alimentaire tout au long de l’essai (foin à volonté + 6,6 kg de concentrés en moyenne), et pour l’autre moitié 50% des concentrés ont été remplacés par de la luzerne déshydratée. Les ulcères gastriques ont été suivis au début, au milieu et à la fin de l’essai. Parmi les chevaux sains au début de l’essai, ceux qui recevaient le régime riche en luzerne ont présenté numériquement moins d’ulcères graves à la fin de l’essai. Également, parmi les chevaux sévèrement ulcérés en début d’essai, numériquement plus ont guéri avec le régime luzerne qu’avec le régime classique.


AMELIORER LES PERFORMANCES SPORTIVES
 

Il s’agissait dans cet essai d’étudier l’évolution des performances de chevaux de courses à l’entraînement nourris avec moins de céréales, riches en amidon et sucres, et avec plus de fibres et protéines. Des trotteurs ont ainsi été suivis pendant 8 semaines d’entraînement intensif dans le centre de recherche de Lab To Field. La moitié des chevaux a reçu une ration classique « courses » foin (8 kg/j) + avoine (4 kg/j), et l’autre moitié une ration foin (8 kg/j) + luzerne (4 kg/j) + avoine (1 kg/j). Les deux rations apportaient la même quantité d’énergie. Plusieurs qualités associées à la performance ont été suivies, comme la vitesse maximale, la puissance maximale, ou le temps de course des chevaux sur 2400 m. Cet essai a montré que les chevaux à l’entraînement nourris avec de la luzerne en substitution des céréales avaient les mêmes améliorations de performances que leurs congénères nourris sans luzerne. Les chevaux de course peuvent donc bénéficier des vertus « santé » de la luzerne tout en conservant leur plus haut niveau de performance.

Appétance et valeurs nutritionnelles

ACIDES AMINES ET PROTEINES IDEALES


En comparaison des foins de graminées, le foin de luzerne offre une meilleure appétence. Ceci se vérifie par exemple lors de « cafétéria tests » (Photo 1) : quand plusieurs fourrages sont proposés conjointement, les chevaux se tournent préférentiellement vers le foin de luzerne. Concernant les formes de présentation, il ne ressort pas de différence significative dans la consommation volontaire de luzerne entre les brins courts, les brins longs et les granulés.

D’un point de vue nutritionnel, la luzerne déshydratée apporte une quantité d’énergie équivalente au foin de prairie naturelle, mais en moyenne trois à quatre fois plus de protéines digestibles pour le cheval. Cette teneur protéique élevée est particulièrement intéressante pour les situations d’élevage. En effet, pendant la croissance des poulains et pendant la gestation et la lactation des juments, des apports protéiques très importants sont nécessaires. De plus, le profil aminé des protéines de luzerne se rapproche du profil de la protéine de lait ou de muscle squelettique équin, dont on suppose qu’ils correspondent à la « protéine idéale cheval ». Cette analogie permet d’optimiser l’utilisation des protéines de luzerne distribuées aux chevaux.


LE CALCIUM COMME AGENT ANTI ULCERE

Parmi les autres particularités de la luzerne déshydratée, la teneur en calcium est quatre à cinq fois plus élevée dans la luzerne que dans les foins de prairie naturelle. Or, le calcium et les protéines confèrent des propriétés tampon à la luzerne. A dilution équivalente d’orge et de luzerne dans l’eau, il faut ainsi 3,5 fois plus d’acide chlorhydrique pour faire chuter le pH de 7 à 4 avec la luzerne qu’avec l’orge (Figure 1). Ceci est vraisemblablement à l’origine des bénéfices santé portés par la luzerne…

schema-tampon.jpg
evolution-score.jpg

Chez le cheval, plusieurs maladies sont associées à une acidification du contenu digestif, comme les ulcères gastriques lorsque le pH chute dans l’estomac, ou les coliques, les diarrhées, voire les fourbures lorsqu’il baisse dans le gros intestin. L’acidification peut avoir plusieurs origines : la sécrétion d’acide chlorhydrique dans l’estomac, et la fermentation de l’amidon et des glucides simples par des bactéries amylolytiques tout au long du tractus digestif.

Aujourd’hui, la relation luzerne-santé la plus étayée scientifiquement concerne les ulcères gastriques, et notamment les ulcères qui touchent la muqueuse squameuse, non protégée par des sécrétions antiacides. Les ulcères gastriques sont extrêmement communs chez les chevaux qui pratiquent une activité physique régulière : dans les études épidémiologiques sur des populations de chevaux de courses, entre 80% et 100% des chevaux sont atteints.

Chez le cheval, plusieurs maladies sont associées à une acidification du contenu digestif, comme les ulcères gastriques lorsque le pH chute dans l’estomac, ou les coliques, les diarrhées, voire les fourbures lorsqu’il baisse dans le gros intestin. L’acidification peut avoir plusieurs origines : la sécrétion d’acide chlorhydrique dans l’estomac, et la fermentation de l’amidon et des glucides simples par des bactéries amylolytiques tout au long du tractus digestif.

Aujourd’hui, la relation luzerne-santé la plus étayée scientifiquement concerne les ulcères gastriques, et notamment les ulcères qui touchent la muqueuse squameuse, non protégée par des sécrétions antiacides. Les ulcères gastriques sont extrêmement communs chez les chevaux qui pratiquent une activité physique régulière : dans les études épidémiologiques sur des populations de chevaux de courses, entre 80% et 100% des chevaux sont atteints.

Dans deux études cliniques internationales, des effets bénéfiques de la luzerne ont été relevés sur les ulcères de la muqueuse squameuse. Dans la première étude, conduite en 2007 aux Etats-Unis, la moitié des chevaux suivis a reçu une ration composée de 50% de foin et 50% de granulés industriels, et l’autre moitié une ration composée de 50% de luzerne et 50% de ces mêmes granulés. L’auteur relève une diminution significative du score de gravité des ulcères avec le régime « luzerne » : parmi les 11 chevaux qui présentaient des ulcères de la muqueuse squameuse en début de test, seul un cheval restait affecté après 28 jours de régime « luzerne ».

Dans le même temps, les chevaux qui consommaient le foin de graminées ont vu leur score moyen augmenter. Dans une autre étude clinique publiée en 2013 et conduite en Nouvelle-Zélance sur des chevaux atteints d’ulcères gastriques au début de l’essai, les auteurs observent une guérison des ulcères chez les chevaux nourris avec 100% de luzerne fermentée en 28 jours, et en 42 jours chez les chevaux dont le régime comprenait 70% de luzerne . Les auteurs concluent que leurs produits pourraient « guérir et prévenir les ulcères gastriques ».

Les propriétés biochimiques de la luzerne limitent l’acidose intestinale associée à la consommation importante d’amidon. Ce pouvoir tampon dans le gros intestin pourrait minimiser les perturbations de l’écosystème microbien, permettant une meilleure valorisation de la ration et un risque moindre de maladies digestives. Pour approfondir les connaissances sur ces effets, un programme de recherche est en cours.

Les fausses croyance au sujet de luzerne 

Encore aujourd’hui, on peut parfois lire dans des articles : « attention aux effets secondaires […] des rations riches en protéines », « ça peut être irritant pour les intestins », « attention côté coliques si trop de protéines », etc. Or le lien entre apports protéiques et maladies digestives n’est pas établi d’un point de vue scientifique chez le cheval. Dans le dernier ouvrage sur les recommandations alimentaires américaines pour les chevaux (NRC 2007), le chapitre Protein excess s’ouvre même ainsi : « il n’existe pas beaucoup de preuves concernant les effets d’une consommation excessive de protéines » ! Afin de contrôler que les apports massifs de luzerne n’étaient pas dangereux, un essai de recherche a été conduit en 2018 sur 18 chevaux recevant 6 kg par jour de luzerne (16%, 18% et 25% de protéines brutes sur sec) pendant 28 jours. Confirmant l’hypothèse initiale, tous les chevaux ont consommé sans problème les 6 kg quotidiens de luzerne et aucune modification de leur santé n’a été observée au cours de l’essai.

Les craintes associées aux protéines semblent avoir pour origine une erreur d’interprétation. Fréquemment, les chevaux conduits à l’herbe déclenchent des épisodes de coliques, de diarrhées, voire de fourbures au printemps. Comme à cette période l’herbe est riche en protéines, il avait été fait l’hypothèse dans les années 1970 que ceci pouvait être à l’origine des déséquilibres de l’écosystème intestinal. Or c’est à cette période de l’année que l’herbe est également la plus riche en fructanes… Ce sont ces glucides, non dégradés avant d’arriver dans le gros intestin, qui lorsqu’ils sont consommés en très grande quantité sont à l’origine des maladies observées.
 

LES SOURCES DE CET ARTICLE:


1. Les recommandations de l' IFCE (L'Institut Français de l'Equitation et du Cheval): 


La luzerne : de sa culture à son utilisation en alimentation équine (ifce.fr)

2. La médiathèque de L'IFCE

L'IFCE a constitué une médiathèque en ligne consacrée à la luzerne pour vanter les bienfaits et déconstruire les vieilles croyances qui l'entourne:

Mediathèque complète de l'IFCE en faveur de la luzerne


3. Article Grand prix:

https://grandprix.info/fr/67680/La-luzerne-un-excellent-complement-au-fourrage-regorgeant-de-qualites/?fbclid=IwAR3fp9HWu9rycscS4u2pvvKjdk1hKiX_RYx787bu-NPG7KFSd3TG1Gc0LMY


4. Deux parutions scientifiques:
 

Journal of Equine Veterinary Science, Volume 100, May 2021, 103556
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0737080621001866

Journal of Equine Veterinary Science, Volume 100, May 2021, 103494

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0737080621001246?via%3Dihub

5. Articles de presse téléchargeables:

Témoignages de professionnels

ECURIE SECONDE CHANCE (44)

ENTRAINEUR DE TROTTEUR DES ECURIES DU MONT JOLY

Nos recommandations d'usage

1. Pour un cheval moyen: Foin à volonté + 2 à 6kg de luzerne par jour selon le poids du cheval et son activité répartis en 2 repas

2. En cas de rationnement: 8 à 10 kg de foin minimum, et 2 à 3 kg de luzerne répartis en 2 repas

3. Introduction progressive dans l'alimentation sur 1 semaine après arrêt des céréales 

4. En version déshydratée: réhydrater plusieurs heures avant 

5. En cas d'ulcères à soigner, ajouter 2 bouchons d'aloe verra par ration pendant 3 semaines

6. Pour la luzerne en botte, donner 1/4 de ce qui est donné en foin

7. La luzerne ne doit comporter ni CMV, ni mélasse, ni glycérine afin d'être efficace

Sel et magnésium doivent être proposés dans 2 blocs différents en libre accès.

Nous ne recommandons pas l'huile de lin, ni les graines de lin extrudé, ni le fenugrec, ni le tourteau de soja etc.

Nos deux chevaux ci-dessous, Mieke et Souchong, sont nourris exclusivement au foin et à la luzerne, sans céréales ni CMV.

Introduction
Lutter contre les ulcères
Améliorer les performances
Acides aminés et protéines
Le calcium contre l'acidose
Fin des fausses croyances
Sources
L'avis des pros
Le dosage
IMG_7563_edited.jpg
bottom of page